L’obstination péquiste

Je ne suis pas une analyste de la politique. Mais j’interprète la débandade subie hier par le PQ comme un message clair de plusieurs électrices et électeurs québécois(e)s, qu’ils et elles sont tanné(e)s que le PQ soit branché uniquement sur son désir de référendum à tout prix et de souveraineté.

Il fallait les voir les péquistes, lors du discours d’André Boisclair hier soir, pour comprendre en une fraction de seconde qu’ils et elles n’ont absolument pas compris le message. Quel était leur message ? «On veut un pays ! On veut un pays !». Je suis tellement TANNÉE de l’entendre cette maudite cassette-là ! Changez de discours, calvaire ! Est-ce que leurs convictions politiques se résument à vouloir un pays !? Au diable les questions sociales et seulement un pays pour un drapeau ? Voyez-vous, c’est justement pour ça que je n’ai pas voté pour le PQ hier. J’en ai assez de cette obstination, de cet aveuglement. Le nationalisme en général commence à me donner des hauts le coeur, mais ça, c’est autre chose (j’écrirai un article là-dessus à un moment donné). Je suis présentement dans une période de «rush» cette semaine. Mais je vais pondre un petit quelque chose là-dessus, promis.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :