À 17 ans, fin prêt pour Kandahar

Jacques Keable, Montréal

Édition du mercredi 27 juin 2007

Mots clés : Stephen Harper, guerre, Forces armées, Afghanistan (Pays), Canada (Pays)

N’y a-t-il pas quelque chose d’odieux à entendre nos politiciens accuser les pacifistes de manquer de respect aux soldats?

Sur l’écran de la télé de RDI surgit le visage d’un adolescent de 17 ans. Il porte le casque militaire, la mitraillette, bref, le costume du fantassin. Dans quelques semaines, entraîné par l’armée canadienne depuis quelques années déjà, il quittera sa Mauricie pour Kandahar.
Il viendra alors tout juste d’avoir ses 18 ans, cet âge merveilleux où, au Canada de Stephen Harper, Stéphane Dion et Gilles Duceppe, on peut aller faire la guerre à l’autre bout du monde, dans un pays misérable, chasser et tuer le taliban ou ce qui lui ressemble ou se faire tuer avant même de commencer à vivre. Cela, au nom de la défense de la démocratie!

Il a hâte de partir, l’ado, parce que la guerre, estime-t-il, c’est une activité «extrême». Ça va le changer des mollesses familiales, précise-t-il, et de sa soeur, sans doute une mauviette, qui voudrait bien qu’il ne parte pas: elle ne se rend pas compte, elle, qu’à 17 ans, on est un vrai homme, quand même! Et que la démocratie, on le sait si bien à cet âge de grande sagesse, ça se défend, ça se promeut par les armes!

À quoi s’attend-il au juste, en Afghanistan?

«Je l’sais pas trop, j’suis jamais allé à la guerre… !», répond-il, le visage encore poupin traversé d’un sourire gêné. Ses «frères d’armes», comme ils disent, affirment à la caméra que cet enfant a du caractère. Ils ont, du haut de leurs 22 ou 23 ans, l’air d’être fiers du jeune, et ils vont éventuellement le protéger, leur benjamin!

La larme qu’on pourrait avoir envie de verser devant ce spectacle ahurissant, sinon obscène, se transforme rapidement en rage vive quand apparaissent peu après, sur les écrans, ces sépulcres blanchis de politiciens qui viennent bêler leur discours propagandiste et mensonger sur la justesse de cette guerre et le respect dû aux soldats. Ces jeunes, affirment-ils, vont volontairement risquer leur vie, risquer de verser leur sang, en notre nom, pour le mieux-être de ces pauvres Afghans et, surtout, de ces pauvres Afghanes qui, on l’aura remarqué, ont la burqa très opportune aux mains de la bande de Stephen Harper et de ses vassaux, y compris ceux qui pérorent à l’Assemblée nationale du Québec en dénigrant les opposants à la guerre et à l’armée.

Car enfin, n’y a-t-il pas quelque chose de proprement odieux à entendre nos politiciens, seigneurs de guerre, ceux-là mêmes qui envoient nos jeunes soldats mourir dans la violence et la souffrance à mille lieues de chez eux, accuser, le trémolo dans la voix, les pacifistes antiguerre de manquer de respect aux soldats? On croirait rêver devant tant d’évidente mauvaise foi!

Faut-il comprendre que le Canada en est vraiment rendu à accepter de sacrifier ses propres ados sur le champ de bataille, sous prétexte que s’ils le veulent, s’ils sont prêts à risquer leur vie pour défendre la démocratie, la liberté d’expression et les droits fondamentaux de la personne — toutes choses qui, comme le laissent entendre les politiciens, sont des évidences lumineuses dans l’esprit des ados en mal de voyage –, il faut les y expédier?

Qui donc, dans ce pays, manque de respect aux soldats: les antiguerre ou ces tristes politiciens qui acceptent d’armer des cégépiens en mal de sport extrême et de les dresser contre des populations démunies? C’est à vomir!
Source: http://www.ledevoir.com/2007/06/27/148593.html 

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :