Les Québécois et Québécoises n’ont pas de couleur !

Le 26 novembre dernier, un article est paru dans La Presse, au sujet des nombreux mythes qui sont véhiculés depuis le début des audiences de la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables. L’un d’entre eux (et la réponse qui y fut adressé) m’a particulièrement fait réagir:

Les Québécois seront bientôt minoritaires au Québec.

Faux. En ce moment, seulement 10% de la population du Québec est née à l’extérieur du pays. Dans le but d’accroître sa population jeune et sa main-d’oeuvre, le Québec recrute environ 45 000 immigrants par année et reçoit quelques milliers de réfugiés. À ce rythme, il faudrait 150 ans pour que les Québécois de souche deviennent minoritaires.

En cinq phrases, les auteures de cet article venaient de répondre d’une belle façon aux racistes et xénophobes de tout acabit réclamant une fermeture des frontières du Québec, à toute forme d’immigration non-blanche. Entre vous et moi, en quoi les Blancs sont en danger au Québec ? Pourquoi une personne de race noire, asiatique, autochtone et j’en passe, ne pourrait pas être un(e) Québécois(e) à part entière ?

Je suis d’accord quand on dit qu’il faut protéger la langue française. Mais que l’on ne vienne pas me casser les oreilles avec le «danger du mélange ethnique» ! C’est vraiment n’importe quoi ! Certaines personnes blâment les personnes immigrantes parce qu’elles viennent s’établir ici. Mais si nous ne faisons plus beaucoup d’enfants, c’est de notre faute. Ils et elles n’ont absolument rien à voir là-dedans !

Et puis, je vous pose la question: Qu’est-ce qu’un Québécois a de plus qu’un Français, un Marocain, un Japonais, ect. ?

 

 

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :