En réponse à l’Anarcho-pragmatiste

«comment améliore-t-on la situation en restant dans le Cacanada et comment détériore-t-on la situation en se séparant?»

Je vais tenter une réponse, qui ne sera complète, ni parfaite. En tant qu’internationaliste, je suis autant opposée à l’État québécois qu’à l’État canadien. Je m’oppose autant aux États (gouvernements) qu’aux nations. J’ai été souverainiste (et nationaliste) pendant six ans de temps. Je crois donc être bien placée pour affirmer que d’être souverainiste, c’est également être nationaliste. J’pourrais exposer ma vision du nationalisme dans un futur billet, mais aujourd’hui le temps me manque.

Je ne crois pas que la séparation du Québec améliorait la situation pour les classes défavorisées parce que tout ce que ça changerait, ce serait de changer le nom de l’État qui les opprime. La classe ouvrière continuerait de se faire exploiter jour après jour. J’pourrais te resortir mon éternel argument selon quoi l’ennemi de ces personnes n’est pas le Canada; mais le capitalisme. Et je ne crois pas qu’accéder à la souveraineté entraînerait une réduction de l’État. Les États des diverses nations dans le monde sont tout aussi obèses et tentaculaires.

Selon moi, la liberté pour les gens de la classe ouvrière (partout dans le monde, pas juste au Québec) passe par une réappropriation de leurs existences, par eux-mêmes et non par des patrons, des policiers et des partis politiques. Je me sens beaucoup plus solidaires avec les opprimé(e)s de la planète, qu’avec les bourgeois(e)s du Québec. Ce que je désire c’est la liberté pour les hommes, les femmes et les enfants. Pas une liberté pour une nation. Une nation…c’est artificiel en fait ! C’est juste un concept, en fait !

Tu l’as écrit sur ton blogue que j’en avais rien à foutre du Québec et du Canada. Ce qui est tout à fait vrai. Je m’oppose aux deux en fait. Tu fais donc fausse route en prétendant que je suis donc pour le maintien du Québec dans le Canada (ce qui ne fut jamais le cas d’ailleurs). Ma position est en une de cohérence. Ce serait carrément illogique pour moi d’appuyer la séparation. D’ailleurs, je ne m’oppose au souverainisme québécois parce que ce projet est entre autre porté au Québec pour le PQ. Je critique cette position politique, peu importe la personne (ou le parti) qui en fait la promotion. Ce qui signifie que je suis autant contre le désir souverainiste du PQ….que celui du PCQ.

2 Réponses to “En réponse à l’Anarcho-pragmatiste”

  1. Bravo et merci d’avoir pris le temps d’écrire cette réponse! J’y reviendrai plus tard et je recommande ce texte dans mon blogue.

    J’adore le dessin des deux drapeaux qui brûlent!

    Pas besoin de m’expliquer ta notion de nationalisme pour que je comprenne ton point de vue.

    Ceci dit, un texte critiquant les nationalismes est toujours intéressant et je le lirais certainement!

  2. Je t’ai répondu!

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :