Ma position féministe (1ère partie)

Je n’ai jamais exprimé ma position concernant le féminisme. Je vais en élaborer une partie, en ce début de nuit. Les propos tenus par le blogueur Anarcho-pragmatiste concernant les excès de certain(e)s féministes (qu’il nomme les «fémi-fascistes») m’ont poussé à réagir.

Je suis féministe. Mais je n’ai jamais fait parti de collectif féministe ou de «comité femme» lorsque je m’impliquais au cégep. Je suis sensible aux revendications féministes et je reste alerte face aux diverses attaques envers les droits des femmes, plus particulièrement le droit à l’avortement. Je suis pour le droit à l’avortement libre et gratuit. Les religions n’ont pas à dicter comment les femmes doivent vivre leurs vies.

Je m’identifie au féminisme radical :

«Ce courant du féminisme peut se diviser en trois (3) branches, qui réunissent toutes les mêmes prémisses de départ qui permettent de les considérer comme étant « radicales » :

- le patriarcat, en tant que système socio-économique-politique d’appropriation des femmes, est à la base des inégalités hommes-femmes ;

- le corps des femmes est la marque sociale de l’appropriation privée et collective des femmes par les hommes ;

- comme il existe des classes sociales, il existe aussi des « classes de sexe ». La classe des femmes est la classe opprimée sur la base de son identité sexuelle, à des fins de reproduction biologique et de production économique.

Ce sont ces bases qui permettent de comprendre ce qu’est le féminisme radical c’est-à-dire un courant qui va à la racine du problème. Et cette racine est systémique.»

Est-ce que cela signifie que je souhaite éliminer le masculin? Que nenni ! J’aime les gars, j’vais les aimer toute ma vie. Mais il y a une réelle oppression des femmes. Je ne comprends pas comment une personne peut nier ce fait. Ça dépasse l’entendement…

Source de la citation : http://www.asse-solidarite.qc.ca/spip.php?article935&lang=fr

13 Réponses to “Ma position féministe (1ère partie)”

  1. Tu condamnes le patriarcat international et je condamne le fémi-fascisme de l’État Culbécois.

    Il n’y a aucune contradiction entre les deux. Je dirais qu’il s’agit du même combat contre la violence étatique et les injustices qui viennent avec. Je suis tout à fait d’accord avec ta condamnation du patriarcat international.

    Il serait temps que j’écrive un billet plus précis sur cette question.

    En ce qui concerne l’avortement, on est d’accord.

  2. clusiau Says:

    Vous nommez ça « patriarcat international » parce que ce sont des hommes ?

    Mais un père n’agit pas comme ça avec ses enfants. Les chefs d’États et de Corporations n’agissent pas en père mais bien en homme d’affaires et, les affaires, c’est les affaires, demandez à n’importe quelle femme !

    C’est trop facile de diviser le monde en vainqueurs et en victimes. L’être humain est taré, qu’il soit mâle ou femelle , peu importe son âge et sa propension à l’égoïsme est notoire.

    Une relecture des 7 péchés capitaux vous éclaireraient là-dessus.

  3. Peut-être que le terme « machisme international » serait plus approprié.

    De plus, il faut reconnaître que les hommes sont moins opprimés que les femmes dans le monde.

    Tout cela causé par les religions et la violence étatique.

  4. Nicolas choquette Says:

    Oui ça c’est vrai Ararcho

    Les hommes sont moins opprimés que les femmes dans le monde, une chance qu’il a le québec pour contrebalancer

  5. gabrielleld Says:

    Qu’est ce que tu vois comme la source de cette oppresion? (je crJe comprend que c’est la première partie, mais j’ai vraiment hâte de lire la suite.

    Je pense de plus en plus (malgré ton deuxième point) qu’il y a beaucoup plus en commun entre les féministes radicales et les féministes individualistes… Mais ce n’est qu’une impression.

    Pour Nicolas, je pense pas que ce soit contrebalancer, ce n’est pas équivalent (les inégalités sont sur des points différents et d’une amplitude différente). Et dans tous les cas, quand un État crée une injustice, ce n’est pas « une chance » qu’on en trouve un autre pour la faire en sens inverse!😉

  6. « Et dans tous les cas, quand un État crée une injustice, ce n’est pas “une chance” qu’on en trouve un autre pour la faire en sens inverse! ;) »

    Bien dit Gabrielle! Et c’est là où se situe mon principal désaccord avec la position d’Arwen. Le fémi-fascisme culbécois étatiste n’a rien d’anarchiste!

  7. gabrielleld Says:

    le fémi-fascime québécois n’a rien de féministe non plus David! Se mettre à genou face au gouvernement (principal oppresseur des femmes et de tous dans l’histoire avec la religion) et lui demander piteusement de l’aide pcq on fait pitié, ce n’est pas féministe. D’ailleurs, je pense que je vais aller écrire un article là-dessus…

  8. Étrangement, le gouvernement est plus protecteur des femmes que des hommes, principalement lorsqu’il est question de juridiction et de droits.

  9. @Camarade Tova

    Vous vouliez dire: le gouvernement québécois (ou peut-être les gouvernements scandinaves), je suppose.

    Parce qu’ailleurs dans le monde, les femmes subissent l’oppression par l’entremise de l’État, il ne faut pas le nier!

  10. Je trouve déjà ça très peu fondé en parlant de l’état québécois, et j’aimerais bien voir des exemples pour soutenir cette affirmation qui, ma foi, semble tirée par les cheveux.

    Ça fait juste 13 ans que ma mère (par l’entremise de son syndicat) milite pour l’équité salariale dans la fonction publique sans trop avoir avancé, alors déjà j’ai comme un léger contre-argument…

  11. Pourtant, l’État favorise l’accès à l’emploi des femmes dans sa fonction publique et dans tous les institutions publiques et parapubliques. Le système d’éducation publique favorise les femmes. L’égalité hommes=femmes dans l’échelle salariale est reconnue dans le secteur public.

    Comment peut-on se prétendre anarchiste et approuver le fémi-fascisme par la violence étatique?

  12. >>Pourtant, l’État favorise l’accès à l’emploi des femmes dans sa fonction publique et dans tous les institutions publiques et parapubliques.

    L’élimination d’un favoritisme masculin c’est une surprotection des femmes? Et d’ailleurs, les jobs dans le public c’est souvent des taches qui étaient traditionnellement féminines dans la vie privées. Les femmes sont vues comme étant la pour torcher les hommes pis les enfants, alors ca continue sur le marché du travail et elles se ramassent les jobs de torchage. C’est sensé être une amélioration de la condition des femmes?

    >>Le système d’éducation publique favorise les femmes.

    Bullshit.

    Citations?

    >>L’égalité hommes=femmes dans l’échelle salariale est reconnue dans le secteur public.

    On passe par la bande. Les femmes se font traditionellement données tels postes, les hommes tels autres, et les deux ont des taches équivalentes dans les faits mais sur papier les emplois traditionellement féminins sont moins bien rémunérés. Donc si il est vrai que l’état ne peut activement discriminer par rapport au sexe pour deux personnes du même poste, il est possible de fourré le système en engageant les femmes pour les postes sous-payés qui ont les mêmes tâches dans les faits que des postes mieux payés mais souvent attribués aux hommes.

    Pour être franc, j’ai vérifié en ligne et la loi a été finalement adoptée en 1996. Par contre, les versements rétroactifs qui étaient revendiqués n’ont été versés que partiquement 11 ans plus tard (2007).

    >>Comment peut-on se prétendre anarchiste et approuver le fémi-fascisme par la violence étatique?

    L’état est un employeur comme un autre, alors j’ai absolument zéro problème avec l’idée qu’un syndicalisme de combat (CSN) essaie de se battre pour obtenir des concessions, comme le ferait n’importe quel autre syndicat. Ou bien est-ce que l’anarcho-pragmatisme a un problème avec le syndicalisme?

    J’attend encore des exemples de ce ‘fémi-fascisme’.

  13. Votre commmentaire est fort intéressant et mérite d’être répondu clairement. J’y reviendrai, mais il n’y a pas grand-chose sur lequel je suis d’accord avec vous sur ce point.

    Mais vous posez de bonnes questions.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :