Médecins…ou comptables ?

L’appui de médecins à une plus grande place du privé dans notre système de santé me semble totalement incohérente. Tout le monde sait qu’un système de santé privé fait en sorte que les personnes pauvres n’ont pas les moyens de se faire soigner et qu’elles peuvent même en mourir. Alors comment ça se fait que des médecins (qui sont supposés soigner des gens) pensent que le privé devrait avoir une plus grande place ? Le privé n’est pas là pour notre bien…mais pour faire de l’argent.

C’est là que je me demande si ces médecins sont des médecins…ou des comptables. Si la priorité d’un médecin est de soigner les personnes, celui-ci, en toute logique, devrait être en faveur d’un système de santé public où tout le monde peut se faire soigner. Dans le cas d’un médecin comptable, l’argent passe avant, bien malheureusement.

Ces médecins devraient aller rencontrer les nombreux millions d’États-Uniens qui n’ont pas d’assurance-maladie…

Publicités

4 Réponses to “Médecins…ou comptables ?”

  1. Je recycle une réflexion récente et je le place ici.

    Je souhaite que l’on permette la concurence privée NON SUBVENTIONNÉE en santé, tout comme en éducation.

    Mais pas une privatisation des services publics de santé et encore moins ces foutus PPP à la con qui ne sont qu’une socialisation des risques pour une privatisation des profits.

    On ne pourra pas continuer à soviétiser ou à PPPiser (ce qui est encore pire) la santé comme ça. On y met de plus en plus d’argent volé au CONtribuables et c’est de moins en moins efficace.

    Évidemment, désétatiser (non pas monopoliser ni PPPiser) complètement la santé est le cadet de mes soucis présentement même si ultimement un anarchiste doit le souhaiter à très long terme. Il y a BEAUCOUP de choses à faire avant, ne serait-ce que de cesser la répression des non-crimes et cesser de financer des invasions militaires à l’étranger.

    J’aimerais qu’on donne tout le même la chance à une concurrence privée en santé. À condition bien sûr que les médecins (des bourgeois largement subventionnés, y compris dans leurs études et toutes sortes d’abris fiscaux) fassent leur part pour le système public.

  2. Dans l’immédiat, je serais en faveur d’un système public administré par les communautés, financé par la collectivité la plus élargie possible et sans facture après service. Plus tard, on verra si des petites communautés seront en mesure de gérer un système de santé collectif efficace et complètement désétatisé.

    Je ne vois pas ce que la « concurrence » amènerait de bon. Je ne pense pas que le système de santé public pourrait trouver des avantages financiers à essayer d’arracher au privé des patient-e-s. D’ailleurs, je pense que la concurrence n’est jamais bonne. La promotion de la concurrence est une réminiscence de la pensée darwinienne sociale, et cette pensée nous prend pour des imbéciles. Le combat à mener n’est pas contre des systèmes, mais contre la souffrance.

    Je ne suis par ailleurs pas davantage en faveur des monopoles, cela va de soi.

  3. @Mouton Marron

    « Dans l’immédiat, je serais en faveur d’un système public administré par les communautés, financé par la collectivité la plus élargie possible et sans facture après service. Plus tard, on verra si des petites communautés seront en mesure de gérer un système de santé collectif efficace et complètement désétatisé. »

    Ce serait déjà une amélioration intéressante à apporter au système public mais pas au point d’interdire la concurrence privée.

  4. Grand Maître des Anonymes Says:

    « Tout le monde sait qu’un système de santé privé fait en sorte que les personnes pauvres n’ont pas les moyens de se faire soigner et qu’elles peuvent même en mourir. »

    C’est un faux savoir. L’école privée existe. Est-ce la fin de l’éducation ? En France et en Allemagne, les pauvres sont très bien soignés malgré le privé.

    Cessons de subventionner les écoles privées, d’accord. Mais permettons aux individus le libre-choix entre la santé privée et publique.

    « Alors comment ça se fait que des médecins (qui sont supposés soigner des gens) pensent que le privé devrait avoir une plus grande place ? »

    Pour le bien des patients. Pour une meilleure accessibilité. Pour la fin des pénuries de médecins créées par le système public. Pour eux-mêmes avoir de meilleures conditions de travail, une liberté professionnelle.

    « Le privé n’est pas là pour notre bien…mais pour faire de l’argent. »

    Un artiste n’est pas là pour notre bien mais pour faire de l’argent. Abolissons les artistes.

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :