Un film à voir

Je suis allée voir le film Le Banquet vendredi dernier et je l’ai adoré. C’est un film frappant et qui ne laisse pas indifférent. L’aspect qui m’a poussé à aller le voir est le fait que l’histoire se déroule dans un climat de grève, causé par le désir du gouvernement à dégeler les frais de scolarité. Je ne sais pas quand le scénario fut écrit, mais il y a de nombreuses similitudes entre ce qui se passe dans le film et divers événements ayant survenus dans le mouvement étudiant dernièrement: fiasco de l’Îlot voyageur à l’UQÀM, grève partielle pour protester contre le dégel et j’en passe. On aborde de ce fait la problématique de la marchandisation de l’éducation. Est-ce que l’université ne sert qu’à donner des diplômes…ou est-elle un lieu de débats et d’apprentissage à la base ?

Personnellement, je ne vais pas aller à l’université. Pas vraiment pour des raisons financières, mais parce que je suis en train de compléter un deuxième DEC et je dois avouer que je commence vraiment à en avoir assez des examens (et du stress qui l’accompagne), des travaux et de l’étude à faire. Mais je me rends compte de plus en plus que notre système d’éducation est de plus en plus basé sur une logique de diplomation à tout prix, en délaissant le reste. Les tentatives de débat sont de plus en plus étouffées, que ce soit par des directions de cégep qui se foutent totalement des demandes des assos étudiantes ou quand ce n’est pas la police anti-émeute que l’on envoie dans des universités pour couper court à toute action, un tant soit peu radicale.

*Ajout 10 septembre: Le scénario du film fut écrit avant la grève de 2005.

Publicités

5 Réponses to “Un film à voir”

  1. Bonjour Ya Basta !

    Les films québécois sont malheureusement peu diffusés en Europe (en tout cas peu visibles pour ce que j’en connais) mais je tâcherai d’en trouver une version.

    Pour le saccage et la vente du système éducatif, nous vivons en France des jours qui s’annoncent parmi les plus sombres : École et Opus Dei

  2. Je te trouvais assez articulée pour aller à l’université pourtant…

    Ça ne change rien au bien que je pense de toi en tant que blogueuse.

    « Mais je me rends compte de plus en plus que notre système d’éducation est de plus en plus basé sur une logique de diplomation à tout prix, en délaissant le reste. »

    Le débat aurait dû porter surtout là-dessus!

    Il y a une place pour une université marchande (même si je ne l’aime pas), mais elle doit être complètement privée. Pour le reste, couper dans l’instruction n’est certainement pas une priorité.

  3. Merci du compliment !

    Donc si je comprends bien, tu ne dois pas être en faveur du financement par l’État des écoles privées ? Je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi le gouvernement devrait subventionner l’éducation des riches. C’est un non-sens !

  4. On est d’accord là-dessus!

  5. J’ai eu le plaisir de regarder ce film (à Montréal en plus!) vendredi. Excellent! Meilleur que ce que la critique prétend.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :