Voter ? Pas question !

L’avatar d’Anarcho-pragmatiste m’a fait réagir car je n’arrive pas à comprendre comment un anarchiste avoué peut soutenir un parti politique ! Peut-être vas-tu me trouver raide, mais je considère qu’un anarchiste ne devrait pas voter, quelle que soit l’élection (provinciale, fédérale, nationale ou bien municipale). La question qui m’est venue à l’esprit en voyant cela est: Est-il anarchiste, oui ou non ?

Pour moi, c’est une question de cohérence. Un libertaire est contre le parlementarisme et la démocratie parlementaire. Pourquoi voterait-il !? Le fait de voter, est à mes yeux, une approbation de ce système pourri. Je pense la même chose du vote stratégique. Je crois qu’un anarchiste ne peut être crédible dans ses prises de positions libertaires s’il va voter. Le «fait ce que je dis, mais pas ce que je fais» ne devrait en aucun cas s’appliquer ici.

Publicités

8 Réponses to “Voter ? Pas question !”

  1. Des anarchistes avaient été élus au parlement espagnol pendant la guerre de 1936-1939. Ils ont permis le développement du mouvement anarchiste surtout dans la région de la Catalogne et de Barcelone. Ils ont donc fait plus pour l’anarchie que beaucoup. Qu’en dis-tu?

  2. Bof, nous appuyons le système pourri en vivant dedans, déjà. Si Anarcho-pragmatique ne fait pas réellement confiance au parti pour lequel il vote, s’il se méfie, et s’il ne défend pas le Bloc de manière religieuse et s’il spécifie que le système est pourri, je ne vois pas en quoi il fait preuve de traîtrise envers l’anarchisme. Il peut rester libre de ses choix et indépendant d’esprit.

    Des gens du CNT, en Espagne, n’avaient pas appelé des gens à voter pour le Front Populaire dans les années 30?

    Je pense que les anarchistes ne devraient pas faire un dogme avec l’abstentionnisme. Mais c’est clair que dans mon cas, je vais annuler mon vote.

    Maintenant, sur la question de qui est anarchiste et qui ne fait que le prétendre: eh bien je pense que c’est clair. Ceux et celles qui sont en faveur de l’autorité ne le sont pas, et ceux et celles qui sont pour l’abolition de tout pouvoir le sont. Une question pourrait surgir de cette simple réflexion: voter, est-ce faire preuve d’un pouvoir coercitif? En ce qui me concerne, je crois pas. Je pense d’ailleurs que la plupart des anarchistes ne votent pas parce qu’ils/elles considèrent que ça ne sert à rien.

  3. @Mouton Marron:

    D’un côté, dans la conjoncture actuelle, nous n’avons pas vraiment le choix de vivre dans ce système-là. Je pense que tu vas être d’accord sur le fait que la révolution n’est pas pour demain ! Je sais d’ailleurs que je n’en verrai pas une de mon vivant. Faut rester réaliste aussi !

  4. Le réalisme le plus pertinent actuellement est d’empêcher les CONservateurs de devenir majoritaires. J’ose croire qu’aucun libertaire ne sera en désaccord avec moi là-dessus, la quasi-totalité des libertaires sont encore plus anti-CONservateurs que moi. Je ne soutiens pas le Mal-De-Bloc dans tout ce qu’ils font, je ne suis pas un membre du parti et je méprise la médiocrassie pseudo-représentative et les politiciens en général mais voter pour le Mal-De-Bloc peut empêcher les CONservateurs de devenir majoritaires!

    Tout de même, ce billet a l’intérêt de relancer le débat sur la question. Si nous n’avons pas le choix de vivre dans ce système de merde, raison de plus pour s’en servir à notre avantage quand les circonstances le permettent!

    Ne t’en fais pas Arwen, je vais revenir à mon avatar habituel bleu et noir après l’élection et au fait, j’aime bien ton avatar!

    « La question qui m’est venue à l’esprit en voyant cela est: Est-il anarchiste, oui ou non ? »

    Hummm, faudrait surtout demander ça aux libertaires qui appuient la réglementation étatique des syndicaleux!

  5. Arwen: je sais bien que la révolution n’arrivera pas demain, au contraire, on dirait qu’il y a parmi nos concitoyen-ne-s de plus en plus de nostalgie du Moyen Âge. De toute façon, une révolution ne se mène qu’à long terme et ne peut se terminer, à mon sens, qu’après qu’au moins deux générations se soient succédées. J’avoue que quelques soubresauts grisants puissent souvent marquer les esprits, mais là n’est pas l’essentiel. La Révolution française a abouti à une république stable seulement dans les années 1870, et c’est l’écrasement de la Commune de Paris qui en a donné le coup d’envoi. Les Révolutions donnent souvent des résultats très inégaux et le « progrès » est capricieux.

    Je ne veux pas d’ailleurs voir la Révolution, je veux voir les (mes?) enfants naître et grandir dans la liberté, l’amitié, l’égalité et le bonheur. Pour voir ça, j’accepterais volontiers de crever dans ma pisse, sur un trottoir, tout nu dans un banc de neige ou pire.

    Et comme la Révolution est graduelle, impalpable et lointaine, l’urgence n’est pas à l’abstention, mais à l’éducation. Les gens DOIVENT apprendre à être critiques.

  6. «Tout de même, ce billet a l’intérêt de relancer le débat sur la question.»

    C’est justement ce que je désirais !

  7. Rouge&Noir Says:

    Voter ? Pas voter?

    A mes yeux il est clair que le système démocratique actuel n’est qu’une mascarade pour nous donner l’impression que les politiques veulent faire bouger les choses. La Révolution ne se fera pas par les urnes…

    Mais il est parfois nécessaire d’aller aux urnes pour éviter le pire, comme pour empècher l’extrème droite d’accèder à l’Elysée (France 2002…)

    Après, on peu voter blanc, mais comme le vote blanc n’est comptabilisé, « Autant brûler sa carte d’électeur devant la préfecture » Ccomme dirait l’autre.

  8. Grand Maître des Anonymes Says:

    Je ne vote pas par honneur, mais j’assume de me faire dicter ensuite. Par contre, je ne m’empêcherai jamais de manifester pour dénoncer ce que je trouve absurde. Pas besoin de voter pour cela et cela a parfois plus de poids qu’un vote.

    Je désobéis à l’autorité aussi selon mes convictions, je ne fais pas de l’obéissance un cas d’honneur.

    J’encourage chacun à ne pas voter.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :