Deux poids, deux mesures ?

Un blogueur de Voix de faits a souligné le fait que même si le maire de Québec Régis Labeaume, a proféré des menaces à deux personnes, il n’a jamais reçu de sanctions. Si un simple citoyen lui aurait adressé «M’a t’en crisser une dans l’front» en pleine face, nous pouvons être certains que ça n’aurait pas pris de temps qu’il se retrouverait les menottes aux poignets. Mais dans le cas du maire, ce n’est pas grave ! Une petite excuse publique et c’est réglé.

Deux poids, deux mesures ? Oui et c’est tellement évident pourtant ! Tenez, ça vient juste de me flasher: les policiers de Québec peuvent tuer impunément un citoyen à coups de Taser sans aucune réprimande ni sanction. Et le maire peut menacer de voix de faits deux personnes sans sanction aucune. Il y a tellement une belle justice à Québec !

3 Réponses to “Deux poids, deux mesures ?”

  1. Si seulement j’étais sain d’esprit, je crisserais mon camp d’ici.

    Imagine quand Labeaume le minable fourreur de système sera majoritaire au conseil…

  2. En réponse à ta question chez Anne Archet:

    Je vais me citer:

    “Cependant, la plupart des libertariens sont dits minarchistes et prônent les fonctions régaliennes de l’État (i.e. justice, police, défense nationale (et non pas “agression nationale”), monnaie).

    http://anarchopragmatisme.wordpress.com/libertarisme/

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fonctions_r%C3%A9galiennes

  3. Crisser ton camp n’arrange rien. Partout la police tue. Regarde Athènes en ce moment, on dirait une copie, à la grecque de notre Montréal-Nord. La police, dans sa fonction répressive continuera de tuer impunément tant que la révolte sera palpable. Le problème, encore une fois n’est pas ici, et un Québec, comme pays, aurait aussi sa police qui tue.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :