Grèce: On n’avait pas besoin d’un autre martyr

Tandis que la Grèce se préparait à une journée de grève générale, le mercredi 10 décembre, contre le gouvernement Karamanlis et la crise économique, et avec la mobilisation qui germe de la base dans les écoles et les universités, contre les projets de réforme, Alexandros Grigoropolous, âgé de 16 ans seulement, a été désigné pour servir de victime, de bouc émissaire pour l’appareil policier, et fut tué de sang froid par les forces répressives de l’État.

La crise économique, déclenchée par le capitalisme international contre les exploitéEs du monde entier et gérée par les États à coups de mesures imposant l’appauvrissement général, affaiblit l’équilibre fragile entre les groupes de pouvoir et les partis, de droite comme de centre-gauche, nous permettant d’entrevoir la véritable vocation anti-démocratique subversive de l’État et de son système (in)sécuritaire : l’aliénation, la criminalisation et l’élimination de l’opposition populaire.

Ça s’est produit avec Carlo Giuliani, à Gênes, en 2001. Ça s’est produit à de nombreuses reprises, ces derniers temps, en des endroits comme la Palestine et Oaxaca, au Mexique. Samedi dernier, ça s’est produit en Grèce.

En ce moment, des milliers d’étudiantes et d’étudiants manifestent devant les quartiers généraux de la police, à Athènes, mais aussi dans bon nombre de villes et villages d’un bout à l’autre de la Grèce.

Les manifestations spontanées à travers le pays sont le résultat de la colère populaire contre le gouvernement Karamanlis et les agissements criminels de la police. Le gouvernement grec a d’abord armé et envoyé les flics assassins, puis a lancé une kyrielle pathétique d’excuses et de résignations, sans que personne n’ait été puni. En fait, il tente d’attirer l’attention sur la destruction de propriété publique et privée, tout en continuant de réprimer les manifestations, en attaquant le peuple avec des armes chimiques et en torturant les personnes arrêtées.

La révolte ne fait que commencer. Et la grève générale, cette grève syndicale et sociale, politique et de classe, peut transformer la rage du peuple en une force organisée pour la construction de l’alternative libertaire.

Dans tous les pays, la crise croissante du capitalisme refile la facture aux travailleuses, aux travailleurs et aux exploitéEs.

Nous devons répondre, dans chaque pays, en construisant ensemble l’opposition sociale, nécessaire à notre défense collective face à l’annihilation au nom du profit.

Solidarité avec le mouvement anarchiste grec et avec les victimes de la répression; solidarité internationale avec toutes les luttes sociales, en Grèce et dans le reste de l’Europe!

8 décembre 2008

Federazione dei Comunisti Anarchici (Italie)
Melbourne Anarchist Communist Group (Australie)
Zabalaza Anarchist Communist Front (Afrique du Sud)
North-Eastern Federation of Anarchist Communists (États-Unis)
Union Communiste Libertaire (Canada)

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :