Brutalité policière révoltante !

Montréal, le jeudi 12 juin 2014

Pour diffusion immédiate

Une enseignante du primaire et le concierge de l’école
agressés par un policier pendant une fête d’enfants

Vers 17h hier soir, le concierge d’une école primaire située sur le Plateau Mont-Royal et une enseignante ont vu leur fête d’école brutalement interrompue quand un policier s’est rué sur eux pour les agresser, puis les arrêter.

L’événement est survenu alors qu’ils prenaient une pause de dix minutes pendant la fête. Des enfants s’apprêtaient à traverser la rue quand une voiture de police est passée devant eux sur le feu rouge, sans gyrophares ni sirène. Le concierge a poliment interpellé le policier (dont la fenêtre était ouverte) pour lui signaler que, devant une école, il devrait mettre ses flashers quand il passe sur un feu rouge pour éviter de blesser un enfant. Le policier D. Harris a alors fait demi-tour et a commencé à insulter le concierge. Quand ce dernier lui a demandé de faire preuve de respect et de cesser de cacher son numéro de matricule, la situation a rapidement dégénéré et le policier s’est rué sur lui pour procéder à une arrestation plus que musclée devant des enfants et des parents abasourdis. Sa collègue enseignante a alors essayé de calmer le policier qui brutalisait le jeune homme, lui faisant remarquer qu’il n’offrait aucune résistance et qu’il était inutile d’être aussi violent. Le policier a réagi en la saisissant à la gorge avant de l’asperger de poivre de cayenne et de procéder elle aussi à son arrestation.

Le concierge, Carl Cadieux, un jeune homme de vingt ans, porte ce matin les marques psychologiques et physiques de son arrestation. Il est arrivé ébranlé sur son lieu de travail en racontant qu’il a passé plus de quatre heures en détention sans jamais comprendre comment il a pu se retrouver dans une telle situation. Au terme d’une longue attente, le policier en charge lui a fait retirer les menottes et l’a informé qu’il n’y aurait aucune charge retenue contre lui.

Sa collègue enseignante, Nadia Lessard, n’a pour sa part pas été amenée au poste, mais elle doit s’y présenter le 8 août prochain pour faire prendre ses empreintes digitales. Elle ferait face à des accusations d’entrave au travail d’un agent de la paix.

Les parents, enfants et collègues qui ont assisté à la scène sont encore sous le choc ce matin.

Quelques témoins ont filmé la scène.

-30-

Publicités

Une Réponse to “Brutalité policière révoltante !”

  1. Finalement, certains policiers calquent leur comportement sur celui de ses employeurs… l Etat envers son peuple…Passer de « protéger et servir » a milice d état rendue arrogante par son assermentation…c est a vomir.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :