Chemin faisant, nous apprenons – Les cinq premières années de la NEFAC

La fin des années 1990 a été une période déprimante pour les anarchistes de l’Amérique du nord. Le mouvement n’allait pas vraiment bien. Énormément de militantEs de longue date sont passéEs à autres choses tandis que plusieurs projets ont été dissous ou mis en veilleuse.

Les anarchistes des années 1990 avaient beaucoup essayé de développer une stratégie et de se positionner pour la prochaine montée des luttes, le prochain grand mouvement social. CertainEs ont parlé d’écologie, d’autres de contre-institutions (hum… de librairies alternatives), d’autres ont tenté de développer en marge un militantisme anarchiste ou radical (Anti-Racist Action [1], Earth First ! [2], Food not Bombs [3], Copwatch [4], Anarchist Black Cross [5], etc.) pendant que d’autres encore n’ont juré que par la contre-culture (essentiellement le mouvement punk). D’aucunEs ont même tenté de mettre sur pied des organisations et des réseaux anarchistes.

En 1998, l’organisation que tout le monde prenait plaisir à détester (ou admirer), la Fédération Révolutionnaire Anarchiste Love & Rage  [6], a implosé tandis que la plupart des projets qui se définissaient par opposition à elle ou qui se trouvaient simplement dans son ombre ont éprouvé de sérieux problèmes. Au Québec, le mouvement a aussi piqué du nez avec les disparitions de Démanarchie [7], Food Not Bombs et plusieurs autres groupes et collectifs. Plus d’une décennie de militantisme anarchiste semblait s’évaporer. Pour beaucoup, il était clair à cette époque que le mouvement anarchiste des années 1990 avait échoué et était en train de fermer boutique. En fait, quand le grand mouvement social attendu a finalement fait irruption dans les rues de Seattle en 1999, non seulement tout le monde a été pris par surprise mais il ne restait presque plus personne pour commenter (sinon Chuck0, le webmestre d’Infoshop.org). Seattle a donné un élan formidable au mouvement anarchiste. D’une scène politico-culturelle très marginale, celui-ci a été catapulté du jour au lendemain au coeur d’un mouvement de masse. C’est à ce moment-là qu’est née la NEFAC.

D’où vient l’idée ?

Les frustrations avec la « scène »

Nos frustrations face au mouvement anarchiste nord-américain étaient nombreuses et profondes. Être libertaires ne nous empêchait pas de trouver que ce mouvement manquait de cohérence politique et de coordination. La plupart du temps, selon nous, les anarchistes tenaient un discours politique plutôt mal dégrossi et on les retrouvait soit isoléEs dans des organisations de masse réformistes ou encore rassembléEs dans des groupes radicaux eux-mêmes isolés. En tout cas, nous trouvions que les anarchistes étaient « déconnectéEs » des oppriméEs, de leurs mouvements, et manquaient de leviers pour changer les choses.

Cette absence de lien avec les oppriméEs signifiait aussi que le destin de l’anarchisme devenait intimement lié à celui de sous-cultures –le mouvement punk et, dans une moindre mesure, les manifestations modernes du « peace and love » des hippies– au point ou l’anarchisme lui-même était en train de devenir un sous-produit de ces sous-cultures, totalement étranger à la vie des classes populaires. Et si la plupart d’entre nous proviennent du milieu punk ou skinhead, nous pensons néanmoins que l’anarchisme va beaucoup plus loin qu’un simple mode de vie ou une éthique « do-it-yourself ». Pour nous, l’idéal anarchiste est d’abord et avant tout une philosophie politique qui doit être ouverte à touTEs pour arriver à se réaliser pleinement (et la perspective de voir un jour tout le monde devenir punk ou skinhead nous apparaît hautement improbable…).

Les discussions pour former une nouvelle organisation anarchiste ont donc commencé peu de temps avant Seattle, dans la période qui a suivi la dissolution de Love and Rage et Démanarchie. À ce moment-là, l’idée n’était partagée que par une petite bande d’anarchistes disséminéEs dans tout le nord-est américain. Que le contact entre deux petits collectifs de Québec et Boston n’ait pu se faire que par le biais d’un article paru dans une revue anarchiste britannique (Organise !) en dit long sur notre niveau d’aliénation et d’isolement à l’époque. Rien d’étonnant si l’on sait que le discours officiel du mouvement anarchiste était alors la propriété exclusive des anti-organisationnalistes de Anarchy !, Fifth Estate et Infoshop.org. Pour ces gens, l’idée de former une organisation anarchiste avait déjà été essayée et n’avait mené qu’au gauchisme ; il s’agissait d’un échec programmé, d’un projet dangereux, point à la ligne. Nous avions un autre point de vue sur la question.

CertainEs d’entre nous avaient eu la chance de voyager en Europe et de constater sur place les avantages réels d’une organisation. Plusieurs lisaient avidement la presse anarchiste européenne qui apparaissait beaucoup plus mature que sa contre-partie nord-américaine. Sans com-pter que le mouvement européen demeure, c’est le moins qu’on puisse dire, beaucoup plus gros, arrivant à produire quelques hebdomadaires et de multiples mensuels alors qu’ici nous avons de la difficulté à faire paraître une revue quatre fois par année. Nous désirions reproduire le succès de nos camarades anarchistes d’outre-mer. Nous avons donc commencé à étudier l’histoire et les structures de leurs organisations.

En raison de nos expériences dans le contexte nord-américain, nous avons été attirés par la tradition plateformiste du communisme libertaire [8]. Ce qui n’empêchait pas une très forte sympathie pour l’anarcho-syndicalisme, l’autre tradition lutte-de-classiste [9] large et cohérente de l’anarchisme. Mais le fait que les organisations syndicalistes révolutionnaires n’allaient nulle part et la manière dont le mouvement syndical s’est institutionalisé ici –avec nos lois forçant le monopole de la représentation syndicale (« close shop ») et l’absence d’un syndicalisme minoritaire ou même pluriel– ne nous laissait pas croire qu’il y aurait de l’espace pour construire un tel mouvement en Amérique du nord. De plus, pour des raisons de proximités culturelles, sociales et linguistiques, les arguments en faveur d’une organisation communiste libertaire de deux groupes anglophones, l’Anarchist Federation et le Worker’s Solidarity Movement, nous apparaissaient très sensés.

L’arrivée de la NEFAC

La NEFAC a enfin été fondée, après un an de cogitation, lors d’un congrès tenu à Boston en avril 2000.

Si elle adhère aux principes plateformistes que sont l’unité théorique et tactique, la NEFAC a toujours eu des attentes modestes de ce côté. L’idée était simplement de construire une organisation qui rassemblerait des révolutionnaires autour d’une tradition commune et d’un désir d’élaborer une théorie et une pratique collectives. En dehors de cette idée, les membres fondateurs de la NEFAC possédaient peu de chose en commun sinon une volonté de s’enraciner dans la classe ouvrière et ses mouvements sociaux. Nous voulions y tester nos points de vue et, éventuellement, créer un anarchisme à caractère populaire qui redonnerait à notre mouvement l’influence qu’il a eue par le passé au coeur des luttes de classes. Avant tout, nous nous sommes atteléEs à concrétiser notre désir de s’organiser.

On peut identifier une première période de construction des fondations de la NEFAC. Pendant un an, nous avons discuté de nos buts et principes, de notre constitution et de notre orientation stratégique minimale ; puis nous les avons testés en pratique.

Les « Buts et principes » furent directement inspirés d’un document, en tout point similaire, publié dans chaque numéro de Organise !, la revue de la Fédération anarchiste britannique. C’était, et ça demeure, une courte déclaration de nos accords politiques de base.

Notre constitution, pour sa part, a été inspirée de documents similaires produits depuis les années 1970 par le mouvement libertaire français, principalement la constitution de l’Organisation révolutionnaire anarchiste (ORA). Il peut sembler drôle, ou triste selon le point de vue, que notre constitution ait été écrite en prenant pour modèle une organisation qui comportait des douzaines de groupes et des centaines de membres tandis que de notre côté, en comparaison, nous ne pouvions compter que sur deux vrais groupes et une douzaine d’individus isolés. Au fond, il s’agissait plus de notre « vision idéalisée » du fonctionnement d’une organisation révolutionnaire que d’un document pratique reflétant notre développement réel.

Pour ce qui est de notre orientation stratégique minimale, elle s’est résumée à cette phrase désormais sur-utilisée et qui est originalement tirée de nos Buts et principes : « La NEFAC est une organisation de militantEs révolutionnaires de divers mouvements de résistance qui s’identifient à la tradition communiste dans l’anarchisme. L’activité de la fédération est organisée autour du développement théorique, de la propagande anarchiste et de l’intervention dans les luttes de notre classe, que ce soit de façon autonome ou par le biais d’une implication directe dans les mouvements sociaux. »

Pendant cette première période, les interventions de la NEFAC se sont inscrites dans le cadre du mouvement anti-mondialisation et du mouvement anticapitaliste plus ou moins anarchiste. Malgré quelques succès réels, notamment à Washington et Québec, les limites de ce type d’action nous sont rapidement apparues (comme au reste du mouvement anticapitaliste, d’ailleurs). C’est à partir d’une critique de la « course aux sommets » et de notre volonté d’enraciner nos pratiques dans les mouvements sociaux des classes ouvrières et populaires que nous avons décidé d’essayer autre chose. Ainsi, pour concrétiser cet enracinement et contribuer à ce que l’anarchisme retrouve l’influence plus large du passé, nous avons laissé derrière nous un certain activisme (la planification du contingent radical de la prochaine manif…) pour commencer à penser et agir en fonction d’une stratégie à plus long terme.

Vers une stratégie

Cortège libertaire au camp des mal-logéEs. Deux ou trois ans après avoir défini les grands axes d’intervention de la NEFAC, le temps est venu de clarifier ce que nous voulions dire par « intervention dans les luttes de notre classe ». D’abord, notre compréhension de la relation théorique entre l’organisation anarchiste et les mouvements sociaux a été expliquée dans un texte officiel, La question de l’organisation révolutionnaire anarchiste : « Une perspective radicale ne peut émerger, selon nous, que de mouvements sociaux. C’est pourquoi nous prônons la radicalisation de toutes les luttes (du latin « radix », c’est-à-dire « racine » : radicaliser signifie aller aux racines des problèmes). Par le biais de cette radicalisation et de notre engagement en tant que communistes libertaires dans divers mouvements de résistance, nous voulons contribuer au développement d’une conscience de classe autonome, seul garde-fou contre les récupérations politiques de diverses tendances (incluant une éventuelle récupération par un courant anarchiste). La révolution que nous souhaitons ne sera pas l’oeuvre d’une organisation, même anarchiste, mais d’un large mouvement de classe par lequel les « gens ordinaires » vont prendre directement le plein contrôle sur la totalité de leur vie et de leur environnement. »

Comme nous sommes une toute petite organisation, nous avons également décidé de choisir un certain nombre de priorités spécifiques et de concentrer notre implication à long terme sur celles-ci. Nous avons opté pour intervenir prioritairement sur les fronts du travail, de la communauté, ainsi que de l’immigration et du racisme. Cette décision a représenté un pari puisque rares sont les membres de la NEFAC qui avaient une expérience réelle de l’un ou l’autre de ces fronts de lutte. Néanmoins, nous les avons choisis parce que nous croyons que ce sont ceux où un pouvoir social et une culture de résistance peuvent croître, de même qu’en raison de leur importance stratégique dans une perspective révolutionnaire.

Le front du travail va de soi pour une organisation qui parle toujours de lutte de classes et prétend être enracinée dans la tradition communiste libertaire. Pour nous, le lieu de travail demeure l’endroit où, fondamentalement, se manifeste l’exploitation comme il est l’endroit où devra commencer une transformation radicale de la société. C’est aussi là où les gens ordinaires disposent du plus grand potentiel de pouvoir.

Le front de la communauté était moins évident mais nous pensons que, si le travail est encore central, la communauté a pris une nouvelle importance depuis les années 1960 avec l’émergence des luttes urbaines. En tant que relation sociale, le capitalisme est un phénomène global qui a une incidence partout et, au fur et à mesure que la présente restructuration de l’économie se réalise (avec pour résultat l’atomisation des lieux de travail par la sous-traitance, le « travail autonome », etc.), la communauté a maintenant un potentiel aussi fort que le lieu de travail pour favoriser l’émergence d’une nouvelle conscience de classe. Le communisme libertaire a une longue et belle histoire d’implication dans les luttes communautaires et nous la continuons par notre présence dans des groupes anti-pauvreté, des associations de locataires, des comités de quartier, etc.

Enfin, étant donné les attaques actuelles contre les immigrantEs, l’histoire du racisme et l’impact de celui-ci sur la classe ouvrière de ce continent, nous avons également choisi de concentrer notre énergie sur les problèmes d’immigration et de racisme (qui sont aussi des problèmes ouvriers et communautaires).

La NEFAC avance qu’un programme révolutionnaire doit commencer avec les besoins et les revendications des personnes les plus opprimées et que les militantEs doivent lutter coude à coude avec celles-ci. C’est ce que nous tentons de faire. Et aussi surprenant que cela puisse paraître, nous avons tenu notre pari et réussi à réorienter l’activité des membres de notre organisation dans ces champs d’action.

Nous pensons qu’une distinction doit être clairement faite entre une organisation politique spécifique et un mouvement social mais nous ne croyons pas que les deux soient totalement étrangers l’un à l’autre. Pour nous, « la pratique organisationnelle anarchiste est l’un des moments des luttes sociales, c’est une assemblée de militantEs sur la même longueur d’onde, un lieu de confrontation et de synthétisation d’idées et d’expériences sociales et politiques » (autre extrait de La question de l’organisation révolutionnaire anarchiste). Nous ne nous voyons donc pas comme des gens qui « colonisent » les mouvements sociaux mais plutôt comme des militantEs comme les autres, à la recherche de la meilleure stratégie pour que ces mouvements gagnent. C’est dans cet esprit que nous abordons notre travail en tant qu’organisation politique et c’est pourquoi nous disons que nous ne recherchons pas de positions de leadership formel pour nous-mêmes mais plutôt un leadership idéologique, ce qui signifie essentiellement que nous voulons débattre démocratiquement à l’intérieur des mouvements pour faire avancer nos points de vue (lesquels peuvent changer si nous perdons la bataille des idées et si la pratique prouve que nous avons tort).

À contre-courant

Être pratiquement à contre-courant de l’ensemble du mouvement anarchiste ne va pas sans mal. Nous avons avant tout recruté dans ce bassin et, sur une période d’à peu près trois ans, du moins aux Etats-Unis, notre membership aura progressé de façon constante. Par contre, cette source de recrutement s’est tarie –on en fait vite le tour– et une organisation qui se tourne désormais vers les mouvements syndicaux, communautaires ou issus de l’immigration n’offre plus tellement d’attraits pour de jeunes militantEs en voie de radicalisation (profil de beaucoup d’anarchistes). Ainsi, malgré une croissance récente au Québec et en Ontario (toujours essentiellement due au milieu anarchiste), notre membership global stagne depuis deux ans.

À partir du moment où nous avons adopté notre nouvelle « ligne » d’intervention, nous avons tenté beaucoup de choses et accumulé une bonne dose d’expérience. Globalement, nous avons appris à soutenir et quelques fois à initier des luttes sociales sans tomber dans les pièges opportunistes d’une certaine gauche politique. Bien sûr, nous avons commis des erreurs et quelques-unes de nos interventions sont encore « déconnectées » ou trop franchement propagandistes mais, règle générale, nous sommes aujourd’hui les bienvenus là où nous nous impliquons et nos contributions sont appréciées. Mieux encore, certainEs de nos camarades ont appris le b.a.ba du syndicalisme en fondant des syndicats sur leurs lieux de travail et en initiant des luttes « originales et exemplaires » (au sens où elles dépassent les méthodes habituelles du syndicalisme institutionnel).

Par contre, si nous avons gagné un certain respect, nous n’avons pas encore réussi à intéresser à l’anarchisme les gens que nous rejoignons. Le lien n’est pas toujours clair entre nos orientations combatives, nos analyses et cet anarchisme. Même que nous avons malheureusement tendance à fonctionner en vase clos, sans réussir à impliquer réellement les gens proches de nous. Notre jeunesse et notre manque d’expérience, tant individuelle que collective, expliquent peut-être que nous ayons été un peu repliés sur nous-mêmes. Sauf que ça ne peut pas durer à moins de chercher à tourner en rond.

Pour progresser, il faudra une seconde mutation volontaire de la NEFAC, semblable à celle entreprise lorsque nous avons convenu de priorités organisationnelles spécifiques. À cette époque, malgré nos dénégations, notre orientation stratégique était essentiellent dirigée vers le mouvement anarchiste. Il s’agissait pour nous de convaincre nos pairs de la nécessité de s’organiser et de créer un pôle communiste libertaire légitime dans notre mouvement, ce que nous avons fait avec un certain succès (comme l’illustre le nombre de nouveaux groupes qui se disent communistes libertaires ou anarcho-communistes en comparaison d’il y a cinq ans). Aujourd’hui, nous nous trouvons dans une étrange position : sans dépendre complètement du reste du mouvement anarchiste, nous n’avons pas non plus assumé pleinement notre nouveau « public cible ». Plus bêtement, nous sommes assis entre deux chaises.

On s’en va où ? Sortir du nid douillet

Ashanti Alston, un ancien Black Panther, lors d’une conférence organisée conjointement par la NEFAC et le Collectif Reclus-Malatesta à Joliette.

Ashanti Alston, un ancien Black Panther, lors d’une conférence organisée conjointement par la NEFAC et le Collectif Reclus-Malatesta à Joliette.

L’anarchisme nord-américain est d’une ampleur si insignifiante qu’il ne sert pas à grand chose d’y constituer un pôle communiste libertaire. À l’avenir, il faudrait plutôt réfléchir dans l’optique de créer un pôle anarchiste au sein des mouvements sociaux, un véritable front libertaire au cœur des luttes de classes. Ce qui implique de réinventer nos pratiques et nos interventions propagandistes. Actuellement, nous achevons une première phase d’accumulation d’expériences. Sans changer nos priorités d’intervention, il faudrait maintenant passer aussi à une accumulation de forces.

Un premier pas dans cette direction pourrait être de rejoindre touTEs ces militantEs qui, au fil des ans, ont rompu les liens avec le soi-disant mouvement anarchiste au profit d’une implication plus profonde dans les mouvements sociaux. S’amalgamer avec ces vétérantEs pourrait être une première étape pour amener l’anarchisme social à devenir un pôle légitime de ces mouvements (sans qu’on puisse y voir un quelconque noyautage) et générer de nouvelles adhésions militantes à l’anarchisme. C’est-à-dire que le nombre de militantEs des mouvements sociaux se réclamant de l’anarchisme, et accessoirement de notre organisation, doit augmenter pour en venir à avoir un poids réel sur la société. Pour ce faire, il faut que l’anarchisme –et notre organisation– ait quelque chose à offrir à ces gens. Ce quelque chose pourrait être un cadre d’analyse ainsi que des méthodes d’action et d’organisation. Ce qui signifie pour nous, entre autres, un changement déjà commencé dans notre appareil propagandiste. Par exemple, l’apparition de journaux de la NEFAC essentiellement composés de nouvelles et d’analyses socio-politiques représente un pas dans cette direction.

Populariser l’anarchisme dans les mouvements sociaux implique aussi de rendre cet anarchisme accessible au commun des mortels, donc de renforcer sa présence politique dans nos villes. Notre courant propre, le communisme libertaire, ne peut pas non plus se permettre de demeurer confidentiel (et nous ne devons pas compter sur le reste du mileu anarchiste pour le présenter adéquatement à la population). Malheureusement, notre implication plus profonde dans les mouvements sociaux s’étant traduite par des changements de priorités, nous avons été moins visibles sur la place publique que par le passé. Il y a un travail de propagande générique qui se fait trop peu. Ce défaut devrait disparaître au fur et à mesure que nous allons prendre de l’expérience et, espérons-le, de l’expansion.

Après tout, comment voulons-nous que les gens qui se radicalisent deviennent anarchistes si nous ne sommes pas présents politiquement en tant qu’anarchistes ? Propager une ligne combative, sans perspectives stratégiques et sans expliquer notre projet de société, n’est pas suffisant (et c’est pourtant ce que fait trop souvent la NEFAC). Tôt ou tard, les gens se posent des questions d’ordre stratégique et politique. Si nous ne sommes pas capables d’offrir un minimum de réponses, ils iront voir ailleurs (chez les communistes autoritaires ou les réformistes dont les programmes ont le mérite d’être clairs).

Une autre voie de développement que nous explorons depuis peu devrait être approfondie. Pour consolider l’anarchisme dans notre classe, nous allons maintenant là où il n’est pratiquement jamais allé : dans les petites villes de notre région. Cette nouvelle orientation propagandiste permet de faire connaître l’anarchisme là où il est faible ou inexistant. Pourrions-nous en faire plus de ce côté ?

À ses débuts, la NEFAC réclamait de ses membres un investissement considérable de temps et d’énergie car nous étions encore moins nombreux et tout était à construire. Maintenant, nous en sommes rendus à une étape où nous pouvons probablement dégager ce qu’il faut pour aider à la création et soutenir de nouveaux collectifs dans différentes régions, notamment en fournissant pas mal de propagande à peu de frais. Sauf que pour y arriver, il faudra faire les premiers pas.

La relation « normale » entre les anarchistes des grandes villes et ceux et celles des plus petites demeure trop souvent une voie à sens unique : ils et elles viennent dans les grands centres urbains pour les salons du livre, les manifs, les librairies locales, les conférences, les rassemblements, etc. mais, en retour, ne reçoivent pratiquement jamais de visite, même lorsqu’ils organisent des événements. Ce constat doit changer et les relations doivent devenir réciproques.

Des groupes de la NEFAC du Québec et du centre de l’Atlantique ont déjà commencé à attaquer ce problème : ils essaient de visiter aussi souvent que possible les camarades plus éloignés et organisent des tournées qui s’arrêtent dans les petites villes. Ces groupes espèrent ainsi contribuer à des relations plus égalitaires.

La NEFAC suscite déjà quelques adhésions en dehors des plus gros centres urbains de notre région. Que ce soit à Québec (ben oui, c’est plutôt petit), Ottawa, Petersborough, York, Worshester ou, plus récemment, Saint-Georges et Sherbrooke, notre fédération commence à s’implanter en dehors des « grandes villes ». Mais ces débuts demeurent chambranlants et quand nous n’arrivons pas à effectuer les suivis avec nos contacts et à réaliser des choses avec eux, les groupes tombent et les gens quittent sur la pointe des pieds (deux cas récents à Ottawa et Worshester). Il faudrait donc épauler plus concrètement les camarades. Malheureusement, en dehors des participations communes aux grandes mobilisations et des contributions à nos publications, une grande lacune de la NEFAC reste son incapacité à générer des campagnes d’agitation et d’autres projets communs.

L’expérience a montré que nos structures régionales, où les camarades sont capables de se rencontrer plus souvent et de bâtir ensemble des campagnes et des projets autour d’enjeux locaux, sont très utiles pour mettre de la vie dans l’organisation et faire grandir la confiance et la solidarité. Les camarades du Québec et du centre de l’Atlantique ont déjà des unions régionales se rencontrant régulièrement et nous espérons qu’à force d’avancer, nous arriverons à mettre sur pied des structures similaires en Ontario et en Nouvelle-Angleterre. Ce serait probablement l’idéal pour permettre aux gens en dehors de nos grandes villes de s’impliquer dans la NEFAC et le mouvement anarchiste.

Un bilan en date.

Révélation choc !

La NEFAC n’est qu’un réseau…

La NEFAC est ambiguë au niveau organisationnel. Au début, comme nous partions de rien et n’avions pas l’expérience de ce genre d’entreprise, nous avons eu tendance à avoir une approche plutôt mécanique de l’organisation. Notre compréhension de celle-ci était vraiment plus théorique que pratique comme le montre l’adoption d’une constitution modelée sur un document français conçu pour des centaines de membres plutôt que d’en produire une nous-mêmes.

Il reste que malgré nos prétentions plateformistes et notre belle constitution, nous sommes bien plus un réseau qu’une fédération ou une organisation comme pouvait l’être Love & Rage avec ses sections locales et tout le reste. Cela a pour avantage que nos groupes de bases (i.e. les collectifs) demeurent réellement autonomes et sont –ou en tout cas peuvent être– en contact constant avec tous les autres roupes, sans devoir passer par un filtre central. Là-dessus, la naissance de la NEFAC à l’ère d’Internet plutôt qu’à celle de la poste y est sans doute pour quelque chose. Mais reconnaissons du moins que nous avons réussi le tour de force de créer une organisation à la fois très décentralisée et très unitaire.

Toutefois, il y a vraiment des incongruités. Par exemple, nous avons été incapables de créer des structures centrales comportant des postes élus et contrôlées par l’ensemble des membres. Et comme il n’existe aucune structure de ce type, toutes les tâches, même les tâches politiques comme l’édition de nos publications, sont données en mandat à des groupes locaux autonomes. La plupart du temps, cette situation n’apporte pas de problèmes importants. Mais il y a tout de même deux types de complications : d’une part, il est à toute fin pratique impossible pour la fédération de déceler un problème avant qu’une crise n’éclate et, d’autre part, les gens qui ont des mandats ont tendance à percevoir les projets dont ils ont la charge comme leurs bébés alors que le reste de l’organisation se sent mis de côté (ce fut plus ou moins le cas pour tous nos projets de propagande : site web, Northeastern Anarchist, Ruptures, Barricada, Strike ! et Cause Commune). L’un de nos prochains défis sera d’augmenter la transparence et la participation de touTEs, tout en conservant notre efficacité.

Il faut aussi reconnaître que la NEFAC va bien seulement lorsque les membres –et les collectifs– vont bien. Périodiquement, nous éprouvons des problèmes de responsabilité collective à tous les niveaux. Comme nous n’avons personne en charge de coordonner l’ensemble de la fédération, il est difficile de voir au bon déroulement des mandats (même si ce point s’améliore). S’ajoute à cela une allergie collective aux questions d’argent. Évidemment, nous avons une trésorerie et nous sommes touTEs senséEs payer des cotisations (un tabou qui a été surmonté) mais le bon fonctionnement de l’organisation, pour cet aspect comme pour beaucoup d’autres, dépend de la bonne volonté et de l’auto-discipline de tout le monde. Si la bonne volonté est presque toujours au rendez-vous, l’auto-discipline manque parfois à l’appel… Nous ne sommes pas les seuls à éprouver ce genre de problème mais, à la longue, ça peut devenir ridicule.

Encore une fois, l’existence même de la NEFAC est un acquis organisationnel. Le mode réseau, même s’il détonne avec ce que peut sous-entendre notre discours, n’est pas nécessairement négatif. En tout cas, force est de constater que ça marche. Avec le temps, nous avons fait évoluer nos pratiques et développé nos outils organisationnels. De toute façon, la NEFAC étant une association volontaire, son fonctionnement dépend avant tout du simple engagement de ses membres. Mais il y tout de même quelques petits trucs que nous pourrions corriger.

L’un d’eux est d’abord une question d’attitude. Souvent, les gens parlent beaucoup (ou plutôt « tchattent ») et adoptent un discours assez dur mais, concrètement, font peu de choses au quotidien. Ainsi, le travail se réalise dans l’urgence, par « à coup », à l’image de la culture activiste. Il serait profitable d’instaurer une routine organisationnelle permettant d’intégrer nos tâches politiques à notre quotidien. Entendons par là de systématiser certaines de ces tâches comme la collecte des cotisations, le paiement des revues et journaux, la distribution de nos publications, l’organisation de réunions et d’événements, l’animation d’un réseau de sympathisantEs, les prises de contact avec d’autres groupes, etc. Bref, si on arrivait à se prendre un peu plus au sérieux, ça ne ferait pas de tort…

Par ailleurs, au niveau de l’unité théorique et tactique, disons d’abord que les acquis sont nombreux. L’existence de la NEFAC et la vision de l’organisation révolutionnaire qu’elle véhicule en font partie. Notre orientation stratégique sur trois fronts de lutte aussi. Et lorsque nous aurons finalement adopté notre position politique sur le travail, une étape supplémentaire aura été franchie dans ce sens.

Néanmoins, il faut noter qu’une ambiguïté reste à clarifier : est-ce que les interventions sur les différents fronts de lutte doivent passer par la création de nouvelles organisations de masse radicales qui contamineraient « de l’extérieur » les mouvements sociaux ou bien par l’implication directe au sein d’organisations de masse déjà existantes dans le but de les radicaliser ? Jusqu’ici nos expériences ne permettent pas de conclure sur cette question, ni même d’affirmer qu’une stratégie exclut l’autre. Mais il faut reconnaître qu’il y a une ambiguïté.

Ceci dit, pour conclure, soulignons que nous n’avons pas peur de l’ambiguïté. Nous sommes des anarchistes et non des marxistes-léninistes ; nous n’avons pas de dirigeants, pas de modèles théoriques établis et pas de « ligne juste » vers lesquels nous tourner. De plus, notre organisation est une organisation humaine : chemin faisant, nous apprenons. Plusieurs avancent actuellement sur le même chemin que nous et les questions avec lesquelles nous nous débattons sont les mêmes qui se posent à des anarchistes de partout dans le monde. Qu’il se nomme espefista ou plateformiste, notre courant prend corps un peu partout. La NEFAC n’a pas toutes les réponses, pas plus qu’elle ne dispose de la stratégie parfaite. Mais nous demeurons toujours en développement et en apprentissage.

Personne ne sait exactement comment une minorité politique peut devenir une force radicalisante dans les luttes ouvrières et populaires tout en développant la démocratie et la redevabilité ; comment atteindre des victoires à court terme sans perdre de vue un cadre révolutionnaire ; comment construire des organisations et des mouvements réellement internationaux et multilingues ; comment élaborer des stratégies pour favoriser l’émergence d’une culture de résistance et d’un pouvoir populaire, etc. Personne ne sait tout ça mais tout le monde a son idée… Qui veut partager son bout ?

Nicolas Phébus

Collectif anarchiste La Nuit


[1] Anti-Racist Action : mouvement antiraciste qui prône l’action directe et la confrontation contre l’extrême droite.

[2] Earth First ! : mouvement dit « d’écologie profonde » pronant l’action directe non-violente et le sabotage.

[3] Food not Bombs : mouvement pacifiste spécialisé dans la distribution gratuite de bouffe végétarienne récupérée. Le chapitre de Québec publiait le zine Hé… Basta !

[4] Copwatch : pratique militante consistant à surveiller les agissements de policiers en les filmant. Le COBP fait, entre autre, du « copwatch ».

[5] Anarchist Black Cross : mouvement de soutien aux prisonniers politiques.

[6] Love & Rage : organisation politique libertaire ayant publié un journal du même nom pendant 9 ans. Voir le bilan de cette organisation publié dans le premier numéro de Ruptures (disponible sur nefac.net).

[7] Démanarchie : tabloïd anarchiste et populiste publié au Québec dans les années 1990.

[8] Plateformiste : courant organisationnel de l’anarchisme s’inspirant de la « Plateforme d’organisation des communistes libertaires », un document produit par un groupe d’anarchistes russes en exil après leur défaite de 1921 aux mains des bolshéviks. La Plateforme prône une organisation politique anarchiste basée sur un haut niveau d’entente théorique et tactique et la responsabilité collective. Plus de détails sur nefac.net et dans le premier numéro de Ruptures.

[9] Lutte-de-classiste : se dit des révolutionnaires qui pensent que les luttes de classe sont l’un des principaux —voire LE— moteur de changement social.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :